La maison

Casa Elvina

La Casa Elvina, qui porte le nom de sa dernière habitante - une enseignante d'activités manuelles à l'école de Soglio - est le bâtiment principal du complexe "La Streccia". La maison est restée inhabitée pendant plus d'un siècle, sans subir aucune rénovation entre-temps. Sur la cheminée du bâtiment, on trouve la date de 1684 imprimée à la chaux, ainsi que les initiales de la personne qui a construit la cheminée à cette époque (A.F. ?) et quelques traces de bottes en fer datant de la même période. La maison date probablement d'une période plus lointaine actuellement inconnue. Au fil du temps, il a subi diverses modifications qui ne sont que partiellement reconnaissables aujourd'hui. À l'intérieur de la chambre du deuxième étage se trouve une petite porte murée qui servait d'accès à l'extérieur, datant d'une période antérieure aux années 1600 et 1700, lorsque les escaliers n'étaient pas encore construits à l'intérieur des bâtiments. À l'entrée - avec un plafond voûté plat - sur la droite, il y a encore la cheminée ouverte avec hotte, où autrefois on cuisinait, on chargeait le poêle et on préparait le fromage. Le traditionnel "cigögna" - le bras en bois utilisé pour soutenir les pots et les chaudrons - n'est plus là. La porte d'entrée d'origine a été trouvée en très mauvais état à l'intérieur de l'étable adjacente. Il présente encore des traces de fumée noircie, la fente de la lettre et quelques gravures et initiales. Sur la gauche, un escalier en pierre mène à la cave, où nos travaux de fouille ont permis de retrouver le sol en galets d'origine et la réparation de la niche en pierre. Au rez-de-chaussée se trouve la stüa revêtue de bois avec le cadre de porte incrusté. Il y a un buffet en bois, un poêle à bois datant du 17ème siècle (malheureusement la date et les initiales sont illisibles) et un banc de charpentier avec des outils. Le comptoir a été installé au cours du siècle dernier, en remplacement du banc et de la table à manger qui servaient lorsque la maison servait entièrement d'habitation. Au deuxième étage, à côté de la cheminée, dans une niche, se trouvent les toilettes sèches, toujours existantes bien que dans un état précaire. Un autre escalier mène au grenier, au-dessus de la chambre, où il y a encore des traces de tiges de seigle et où une poutre pourrie a été remplacée à la main en 2017. Le plus ancien artefact daté trouvé dans la maison est pour l'instant le couvercle d'un "giof" (seau en bois pour le transport du lait). L'objet date en fait de 1644 et porte les initiales "S.F.".

En outre, divers livres et manuscrits ont été trouvés - certains cachés dans les murs - du 17ème ou du début du 18ème siècle, imprimés dans les Grisons. L'une des plus intéressantes est un livre de comptes appartenant à un Torriani qui a vécu à Soglio entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Cette trouvaille, d'origine incertaine, nous donne un aperçu de la vie à Soglio à cette époque, une période pendant laquelle notre maison était certainement habitée. À cette époque, outre la vie paysanne, le soin des prairies et l'élevage des moutons, il y avait de fréquents échanges commerciaux avec la proche Chiavenna ou même avec Venise. Le manuscrit montre également les commissions d'artisanat (cordonniers, tailleurs, charpentiers, etc.) qui avaient lieu normalement dans le village ainsi que les prix des produits et les habitudes alimentaires. L'auteur du manuscrit note la date du mariage - avec une femme d'origine piurasque - ainsi que celles de la naissance des enfants, alors qu'il omet presque totalement les notions de chronique locale. Nous savons aujourd'hui que de nombreux soi-disant sorciers ou criminels ont été condamnés à Soglio durant cette période. À l'intérieur de Casa Elvina, on trouve une multitude d'objets du passé, sélectionnés lors des travaux de restauration de la maison. Le bâtiment a presque retrouvé son aspect vivant d'origine. L'aménagement de la maison est très sobre. L'accent est mis sur la forme, l'architecture et seulement marginalement sur les objets. À l'intérieur de la maison se trouvent 6 reproductions photographiques de la photographe Evelyn Hofer, qui montrent les visages caractéristiques des habitants du village d'il y a environ 25 ans. Après avoir servi principalement de maison d'habitation, d'atelier (qui a également été utilisé par un cordonnier italien pendant la Seconde Guerre mondiale), de dortoir pour les bergers et les ouvriers ou de débarras, la maison sert aujourd'hui d'exemple muséographique d'une vieille maison rustique. C'est l'un des derniers exemples bien conservés que l'on trouve encore dans le village et le seul à être accessible au public. Le bâtiment n'a pas l'eau courante et est équipé d'un système électrique essentiel et limité. Outre sa vocation éducative, le bâtiment est occasionnellement utilisé pour l'affinage de fromages de chèvre et la conservation et l'affinage de produits de charcuterie destinés à la consommation privée.


...passer à Offre


0